L’année 2019 fut une année exceptionnelle, avec des taux de crédit conso qui ont atteint leur niveau le plus bas. Mais les années se suivent et ne se ressemblent pas. Mars 2020, le monde plonge dans une crise inédite, paralysant pratiquement tout. Les banques, elles aussi, essuient de plein fouet les répercussions de la crise du Coronavirus. Après la manne financière de l’année précédente, que nous réserve l’avenir ?

Les banques submergées par les demandes de report

Les mesures de confinement ont fortement ralenti les activités. De nombreux salariés ont perdu leur poste. D’autres ont vu leurs revenus fortement baisser. Face à une telle situation, les emprunteurs n’ont d’autres choix que de négocier leur contrat de prêt. La majorité des emprunteurs actuels demandent aux banques une mise en pause de leurs mensualités. Le report d’échéance permet de suspendre le remboursement du prêt pendant quelques mois, le temps pour l’emprunteur de retrouver une situation stable. Mais l’emprunteur a également la faculté de négocier une baisse de ses mensualités grâce au rallongement de la durée de son prêt. Il revient à l’emprunteur d’apprécier la solution la mieux adaptée en fonction de sa situation.

Les nouvelles demandes mises en attente

La priorité pour les banques et établissements de crédit restent le traitement des dossiers en cours. Elles aussi obligées de recourir au service minimum, les banques disposent d’un personnel limité, limitant tout autant leurs activités. Aujourd’hui, toute nouvelle demande est automatiquement mise en attente. Le déconfinement progressif étant en vigueur depuis le 11 mai, nous espérons tout de même une reprise rapide des activités.

Incertitude sur l’évolution des taux d’intérêt

Nul ne peut pour l’instant s’aventurer à prédire l’avenir. Les taux d’intérêt vont-ils repartir à la hausse ou vont-ils être maintenus à leur niveau actuel ? L’avis des experts diverge sur la question. Si certains estiment que pour relancer l’économie, les taux doivent rester raisonnables, d’autres considèrent inéluctable la hausse.

De nouvelles perspectives de formules de crédit à la consommation

Vous l’aurez sans doute remarqué à travers les publicités télévisuelles que les concessionnaires autos proposent une nouvelle formule. Ces concessionnaires proposent un décalage de remboursement de 1 an. Cela signifie que l’acheteur ne commence à payer le loyer d’une LLD qu’à partir de 2021. Il n’est pas exclu que les établissements de crédit adoptent le même concept afin de relancer la consommation. Cette solution offre l’avantage de laisser le temps aux emprunteurs de retrouver une meilleure stabilité.

Jusqu’en mars, les banques continuaient encore à accorder de nouveaux prêts avec des taux particulièrement favorables. Mais l’avènement du Covid-19 a tout chamboulé. Ceux qui ont un emprunt en cours cherchent des solutions pour équilibrer leur finance. Ceux qui désirent souscrire de nouveaux prêts doivent encore attendre. Nous espérons tout de même que les répercussions de cette crise restent limitées et que les emprunteurs ne soient pas trop pénalisés. Les banques ont déjà émis leur volonté de renforcer la solidarité, une solidarité dont nous avons tous bien besoin.

Prêt sans enquête de crédit - Logo Footer

Accédez aux meilleures offres de prêt auprès de nos établissements de crédit partenaires sans devoir passer par une étude approfondie de dossier. Notre comparateur en ligne vous est mis à disposition pour vous aider à trouver une solution de financement rapide adaptée à vos besoins.

Tous droits réservés 2020